On subit déjà le froid par -5 °C, alors qu’est-ce qu’il se passe lorsqu’on vit tous les jours avec -20 °C ? J’ai vécu l’expérience un an en Dakota du Sud et témoigne sur tous les phénomènes étranges et amusants que le corps subit. Découvrez également mes meilleurs conseils pour se protéger du froid.

Le corps s’habitue à tous les climats : du très froid au très chaud

J’ai grandi dans un climat continental. Étant originaire d’Auvergne, j’ai déjà connu des températures froides en hivers : de -5 à -10 °C. Elles ne sont donc ni polaires, ni sibériennes. On est on loin des températures que j’ai dû affronter en hiver en Dakota du Sud, ou dans les journées les plus froides en Thaïlande.

Je suis restée habiter un an en Thaïlande. Les journées les plus froides étaient à 8° C. J’avais réellement froid. Normal, lorsqu’on s’habitue finalement à un climat très chaud et humide. Au début du séjour, c’est étouffant, mais à la fin on s’habitue tous plus ou moins. On ne transpire plus autant et on ne subit plus autant les fortes chaleurs. Mon corps s’était en fait habitué à ce climat. 

Par la suite, je suis venue habiter un an en Dakota du Sud, et le froid en hiver peut être extrême. Il faut réellement savoir se protéger du froid. D’autant plus si, comme moi, vous n’aimez pas vraiment le froid. Même mon corps me le fait comprendre lorsque les extrémités de mon corps gèlent, s’engourdissent et changent de couleur face au froid. Et ceux, même parfois en été dans une pièce un peu trop fraîche.

Finalement, lorsque l’hiver arrive petit à petit pour atteindre les -20 °C tous les jours, les symptômes du froid sur mes extrémités ne se manifestent plus. De plus, moi qui redoutais le froid, je me suis surprise à supporter les degrés en dessous de 0 °C, puis en dessous de -10 °C, voir jusqu’aux environ de -15 °C, avec aisance. À partir d’un moment, tu n’a plus le froid, cela est habituel, le corps s’est acclimaté. 

Le froid ne ressens plus, mais le gèle : ce pourquoi il faut apprendre à se protéger du froid

Comme je l’ai écrit quelques lignes plus haut, on ne ressens plus le froid lorsqu’on s’habitue à l’hiver rude. Je m’explique. En vivant dans une destination froide, on fait la distinction entre avoir froid et geler. En effet, les degrés descendaient de plus en plus tous les jours, mais la sensation de froid, elle, ne se ressentais pas d’avantage.

Avoir froid, pour moi, signifie avoir la chair de poule, grelotter ou claquer des dents… Tout ceci arrive quand on ne se couvre pas assez ou que le corps ne s’est pas encore bien habitué. Avec l’absence de tous ces signes, cela montre que l’on n’a pas fondamentalement froid.

En revanche, lorsqu’on reste assez longtemps dehors, bien sur que les degrés négatifs se font ressentir, mais d’une autre manière. Ils donnent des sensations de brûlure sur la peau, et notamment sur les cuisses. Les doigts ainsi que les doigts de pied gèlent. Les températures extrêmes d’un hiver en Dakota du Sud se ressentent différemment d’une destination au climat continental où l’on ne se sait pas forcément se protéger du froid correctement.

L’intérieur des trous de nez gèle

Oui oui, tu as bien lu ! Passée la barre des -15 °C, l’intérieur des trous de nez gèlent. Ça c’est du funny fact à raconter ! Je vous rassure, on peut quand même respirer normalement. J’ai mis quelques jours à comprendre ce qui se produisait sur mon corps. C’est tellement improbable, il faut dire. Les premiers jours je sentais une gêne dans les narines, comme si un invité pointait le bout de son nez. Pourtant, j’avais beau vérifier, il n’y avait pas d’intrus dans mes narines. – On notera l’effort pour parler de crotte de nez de façon raffinée -.

En fait, les narines sont une cavité humide, il est donc logique que celle-ci puisse geler. Ça se traduit par les parois des narines qui se collent entre elles lorsqu’on inhale. Heureusement, lorsqu’on expire, le corps étant à 37 °C environ, cela permet aux cristaux de gel de fondre et ainsi de se décoller. On peut donc respirer normalement ! 

Le froid c’est douloureux, on en souffre

Je ne pense pas vous apprendre quelque chose. Si certaines cellules du corps captent des températures entre 17 °C et 43 °C, les degrés au-delà et en dessous envoient des messages de douleurs au cerveau. Ressentir différentes formes de douleurs face au froid est donc un phénomène assez connu par la majeur parti des habitants de la planète. En revanche, dans un pays froid, la confrontation au froid est extrême. On ne parle donc plus du même niveau de douleur. 

Je vivais donc dans une ville super froide, Brookings, SD. Et comme si cela ne suffisait pas, c’était régulièrement venteux dans la ville, genre beaucoup. La combinaison du froid et du vent me donnait mal à la tête. La meilleure description que j’ai pu faire de cet état : « je sens mon cerveau se congeler par l’air froid qui passe à travers mes orbites ». Et puis, je commençais à avoir des vertiges. Si cela vous arrive, il vaut mieux être proche d’un bâtiment et s’y réfugier. Je peux également vous parler des doigts qui bruuuuulent, même après bien 2 minutes que vous soyez rentré au chaud. Heureusement, cela n’arrivait pas tout le temps. Il semblerait qu’on soit plus sensible au froid certains jours plus que d’autres… 

Vivre dans une destination froide, c’est aussi apprendre de nouvelles choses sur le corps:

Voici une petite liste non exhaustive:

  1. les yeux ne peuvent pas geler! C’est notamment car ils sont enfoncés dans le crane, et parce que les larmes sont salées!
  2. On Risque des gelures en 10 minutes. Et ceux, à partir de -28°C. Ceci implique par la suite de couper les zones atteintes. Il s’agit en général des doigts et des orteils. En effet, ces extrémités peuvent geler jusqu’à l’os.
  3. On peut risquer une hypothermie et la mort au-delà de 5 minutes passez dehors lorsqu’il fait extrêmement froid. À partir de -28°C les risques d’hypothermie commencent.

L’avantage dans tout ça ? On apprend du nouveau vocabulaire ! J’ai appris de nouveaux mots en anglais que je n’aurai appris nul par ailleurs ! Big-up au « frostbite » (gelure).  

Bon, j’avoue, j’aime vous faire peur. Les faits n°2 et n°3 ne sont vrais qu’en cas de climat polaire et avec des températures vraiment extrêmes. Si ces risques sont véritables, ils ne l’ont été que lorsqu’un vortex polaire s’est abattu sur le nord du centre-ouest américain cet hiver (2019). Vous avez sûrement vu, ou entendu parler, de la ville de Chicago plongée au cœur de cette épisode. Les photos semblent être sorties tout droit d’un film d’apocalypse. Les températures atteignaient les -30 °C et pouvaient se faire ressentir jusqu’à -50°C avec le vent. Oui oui, Celsius, et non Fahrenheit, comme certains ont pu se tromper.


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 9194958-6651663-Drivers_navigate_their_way_through_downtown_St_Joseph_Michigan_o-a-47_1548965708269.jpg.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 9212008-6651663-The_polar_vortex_in_the_Midwest_has_brought_record_breaking_low_-a-56_1548953061472.jpg.

On apprends sur les textiles.

Le rapport ? Tu ne veux juste pas te peler ou surgeler un doigt, donc tu apprends les textiles qui te protègent vraiment du froid. Oublie la plupart des synthétiques comme l’acrylique. Porte plutôt de la laine, du coton, du polyester. Une énoooorme écharpe 100 % polyester m’a sauvé la vie sur place. Elle m’a réellement été indispensable. Quand tu n’as pas vécu toute ta vie des hivers extrêmes, il faut absolument que tu apprennes et adoptes les bons vêtements. Le look, tu t’en fous, ça passe après, il vaut mieux se protéger du froid. Quoi que, tu peux toujours trouver de jolies pièces ! Je ne passais d’ailleurs pas inaperçu : on devait me connaître en tant que « la fille à l’énorme écharpe rouge. » Elle m’a valu de nombreux compliments !

Si vous devez partir dans une destination même un peu froide, je vous conseille les sous-vêtements Damart ! Ils m’ont sauvé la vie. Ils peuvent vous tenir au chaud malgré des températures qui descendent jusqu’à -15 °C. Leurs vêtements sont tout doux ! Il s’agit en plus d’une marque française, j’ai donc testé et approuvé à 100 %. Leurs collants sont ultra doux, solides, et tiennent chaud. C’est donc super si vous voulez porter une robe ou jupe pour un hiver tenue au chaud !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 12302-17010-F-1-Large.jpg.

On trouve une collection Homme…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 36453-17010-F-1-Large.jpg.

une collection Femme…

tous types de bas (collant, legging, jupe, pantalon…). Une collection enfant est aussi disponible.
Il y a également le choix selon la resistance au froid (de 15°C à -20°C

On développe des angoisses même en sachant se protéger du froid

J’ai en effet constaté des montées d’angoisses au moment le plus froid de l’hiver. Heureusement, ce phénomène n’émerge sûrement pas chez tout le monde. Le froid fait mal, comme je l’ai décrit plus haut. Il est dure, et parfois éprouvant, de traverser un campus avec des températures autour des -20° C. Sortir dehors devient une épreuve et je commençais à appréhender. Au-delà d’appréhender, je commençais même à angoisser à l’idée de sortir dehors. Ce n’est pas le monde extérieur que je craignais, mais de devoir affronter le froid.

 Le corps et le cerveau se souviennent des traversées éprouvantes à l’extérieur. Ils envoient des signaux d’alerte qui se traduisent par les montées d’angoisse. Ils associent dehors avec les difficultés et les douleurs que le froid engendre. L’extérieur ne se différencie plus de la traversée douloureuse et il est associé aux sensations de brûlure par exemple. Aller dehors est donc à présent reconnu comme douloureux. C’est pourquoi des angoisses et des peurs se développent. 

Heureusement, cela ne s’est manifesté qu’à la fin de la période la plus froide. Les degrés recommençaient à augmenter et mon angoisse diminuait, puis s’est vite dissipée.

Après l’affrontement vient le soulagement

Je n’aurai jamais cru ressentir un extrême soulagement en voyant des « -12 °C » et « -7 °C » s’afficher sur les prévisions météo. Si vous prenez du recul deux petites secondes, -7 °C ça reste quand même super froid ! Mais ce chiffre paraissait tellement ridicule à coté d’un -20. Et mine de rien, -7 °C, ce n’est pas qu’un soulagement psychologique, c’est aussi un immense repos pour le corps.

Pays froid, les effets sur le corps - InhaleTravel
Pays froid, les effets sur le corps - InhaleTravel
Pays froid, les effets sur le corps - InhaleTravel
Pays froid, les effets sur le corps - InhaleTravel

Pour conclure : comment bien se protéger du froid :

  • Empilez les couches de vêtements avec des tissus de qualité…
  • Couvrez-vous avec des tissus adaptés au froid. (laine à 50 % minimum, laine mérinos, cachemire, coton, polyester…)
  • Utilisez des t-shirts, sous-pulls et des leggings thermiques.
  • Utilisez un manteau imperméable qui isole du vent.
  • Couvrez vos mains, vos orteils et votre tête ! Les extrémités du corps sont les premières à souffrir du froid. Alors eux aussi ont besoin de chaussettes thermiques et de laine par exemple…
  • Buvez de l’eau, le froid déshydrate !
  • Ne restez pas statique dehors. Bouger le corps permet de le réchauffer.

En bref, je ne m’attendais pas à tous ces phénomènes sur le corps en affrontant un hiver rude. En fait, j’ai découvert ce qu’étaient réellement un hiver rude ainsi que le climat attendus chaque hiver en Dakota du Sud. C’est une expérience que je ne regrette cependant pas. C’est une période qui marque et il faut s’y préparer notamment en commençant par se protéger du froid. 

Heureusement, la vie ne s’arrête pas en hiver. Les commerces, les facultés et les écoles restent bien entendu ouverts. Comme vous avez pu le deviner, affronter le froid peut parfois être dure, mais ce n’est pas pour ça qu’il faut abandonner l’idée de partir dans une destination froide. Encore une fois, le corps s’adapte très bien à tous les climats !

Pays froid, les effets sur le corps - InhaleTravel

3 comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.