Ma première impression lorsque j’ai fais mes premiers pas aux Etats-Unis m’ont fait découvrir de tout nouveaux sentiments. C’était une façon très spécial de percevoir le monde, une vision et un sentiment qui m’était encore inconnu. Cette nouvelle expérience m’a également montré à quel point notre cerveau peut être conditionné.

Après avoir pris la compagnie Norwegian airlines pour quelques centaines d’euros, j’ai atterri à Denver depuis Paris. Denver n’était pas ma destination finale puisque mon université se situe en Dakota du Sud, et non au Colorado. J’avais donc une escale de 19h avant mon prochain vol. Il était hors de question que je reste dans l’aéroport tout ce temps après 10h de vol avec la compagnie. J’avais donc décidé de me prendre un hôtel pas trop loin de l’aéroport. Mon but n’était pas de visiter la grande métropole en si peu de temps. On parle quand même d’une immense ville à l’américaine! Bref, j’ai donc trouvé sur Airbnb un hôte dans les quartiers résidentiels en périphérie de la ville.

Ce Airbnb était d’ailleurs très sympathique et atypique pour moi. C’était une maison spécialement garder par les propriétaires pour en faire du Airbnb. L’associé gardait la maison et apparemment d’autres personnes y vivaient depuis quelques temps. Il sont donc bercés par les vas-et-vient des différents voyageurs au quotidien. Il m’ont même invité à une ballade en montagne le lendemain!

Le contexte posé, je vous laisse à présent imaginer de quel genre de quartier je parle. C’était du genre immense, super riche quartier. Gazon parfaitement tondu, du calme, des grosses voitures et du soleil en plus…

Quoi vous imaginez toujours pas? Si je vous dis du genre « Desperate Housewife ». Ok… je n’ai jamais regardé la série mais j’ai quand même quelques images des scènes du show en tête.

Allez je vous aide, voici quelques photos.

Quoi de mieux que des vidéos pour visualiser les quartiers aux Etats-Unis.

… Mais quoi de pire qu’une vidéo qui bouge autant. Pour ma défense je faisais mon petit footing en même temps.

En réalité, mes premiers pas au Etats-Unis était comme non réels. Non pas que je ne réalisais toujours pas devoir rester 1 an aux Etats-Unis  pour étudier, je me sentais en fait comme dans un film. Je voyais les quartiers comme si je regardais un film à travers mes yeux.

Finalement, je pense avoir tellement regardé de films, séries, dessins animés se passant aux Etats-Unis que mon cerveaux avait du mal à dissocier ce sentiment quand tu regardes un film avec la réalité. C’était très bizarre. C’est aussi surement une explication farfelue. Mais avec le recul je me rend compte que c’était vraiment ce sentiment d’être dans un film.

Et c’est là que je me rappelle l’une des joies les plus élémentaires: expérimenter avec soi et l’environnement!

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.